Depuis que je sais entendre et un peu comprendre les mots, réforme bat des records de significations. Celle qui occupe notre pays depuis quasi deux ans est politique : "Changement profond réalisé sans violence dans le cadre institutionnel existant" nous explique le CNRTL. Pour mon bon vieux père Littré : "Action de ramener à l'ancienne forme ou de donner une forme meilleure. La réforme d'un empire."

Nous avons évacué l'empire c'est bien tant mieux mais notre petite république fort mal en point avait-elle besoin du bordel même pas organisé qu'a insufflé le petit président… j'en doute un tantet.

Ah les querelles et débats tous plus imbéciles les uns que les autres sur la déchéance de nationalité ! Que c'était vain et stérile mais que de dégâts perpétrés auprès de la population. Cette réforme enterrée n'en continue pas moins à nuire et de la manière la plus vile encore. Insinuer, instiller jour après jour que c'est bien à cause de présence étrangère sur le sol de notre bonne patrie que tous les maux nous tombent sur le râble est moralement abject, froidement faux. Quand un régime politique est aux abois il ne trouve jamais mieux que de fabriquer du bouc émissaire histoire de se défausser de sa propre impéritie. Ils étaient bien français et nourris à l'école de la république les ordures qui ont mitraillé à tout va en 2015 n'en déplaise aux habituels hurleurs de la chimèrique "identité nationale". Foutons du pognon dans l'instruction et on aura moins de décervelés en liberté nom d'une pipe ! Condorcet expliquait que le rôle de l’éducation est de rendre « les citoyens indociles et difficiles à gouverner », c'est bien pourquoi les dirigeants successifs laissent délibérément pourrir l'école laïque et républicaine il me semble. Ils croient ces jobards que cela suffit à maintenir le peuple béat et tranquille.

Oups… je digresse… hum… donc cette affreuse déchéance retournée dans les limbes d'où elle n'aurait jamais du émerger voilà t'il pas que sort du chapeau présidentiel qui travaille dur une "Loi travail". Jolie la locution, ça t'a un p'tit arrière-goût de pétainisme pèpère tout-à-fait mignon. 

Pas de chance décidément… ça ne glisse pas à l'aise au parlement. Ah mais c'est pas grave tout ça, on va s'appuyer sur le 49-3 et zou c'est réglé qu'il dit le petit premier ministre, celui-là même qui ne sait pas jaser le français.*

Et zut, ça ne marche encore pas, des collègues à lui se mettent à fronder mais pas trop, faudrait pas non plus qu'ils perdent leur dorée position. Les syndicats, et au-delà de leurs organisations, les travailleurs en majorité n'en veulent pas de cette loi qui dézingue encore un peu plus tous les acquis sociaux gagnés de haute lutte depuis 1946. Trois mois déjà à battre le pavé les gens ! Le mouvement s'essouffle un peu, il semblerait néanmoins que la populace traitée comme du bétail demeure largement hostile.

Les manifestations emmerdent le pouvoir en place évidemment, heureusement que les "casseurs" sont là pour faire hurler à la violence intolérable, les exactions inadmissibles et discréditer les manifestants qui râlent mais ne cassent rien. Je la connais la chanson des soit-disant casseurs ; depuis 1968, à chaque fois qu'un groupe de casseurs affirme sa position politique en dézinguant les vitrines d'institutions, il y a toujours un flic déguisé pour en rajouter une couche et taper chez les commerçants d'autour histoire de bien calomnier le mouvement et empêcher le péquin moyen d'y comprendre quelque chose. Chacun en pense ce qu'il veut mais une précision s'impose : ceux qui cassent par conviction s'attaquent à tout ce qui représente le capitalisme, les vitres de banques premières cibles. Personne n'aurait l'idée de pleurer sur une vitrine de banque aussi un flic bien grimé s'intègre au troupeau et se défoule sur le p'tit commerce alentour histoire de bien faire prendre des vessies pour des lanternes à l'heure du journal télé et faire pleurer dans les chaumières. Je note qu'il n'y a plus un journaliste pour s'interroger dans la presse généraliste, il y a une telle collusion entre la profession et les politiques qu'on ne peut plus rien en tirer de ces zigotos.

Or donc cette réforme va revenir en force grâce à l'article 49-3 que tous les prétendants au trône ont fustigé pendant leur campagne électorale et se sont bien gardés d'abolir une fois assis sur ledit trône. Et ça finira bien par passer en force puisque c'est l'assemblée nationale qui ratifie en dernier ressort et que les lobbies qui poussent ont bien plus de puissance que les clampins qui battent le pavé ; ne dit-on pas "dégainer le 49-3" comme d'une arme de poing ! à part quoi ce sont les manifestants qui violentent, ben voyons. Un jour peut-être ça ne passera plus, ça cassera pour de vrai ; tout le monde valide s'y mettra comme on l'a vu et le voyons encore en Grèce où le populo qui clappe de faim ne se résigne pas à voir son pays vendu à la découpe à des boîtes allemandes et françaises sans compter les chinois qui se goinfrent en loucedé… arf…… à qui le tour la prochaine fois ?

Or donc lorsque les vacanciers rentreront au bercail et devront retourner au chagrin, ils auront de belles et bonnes surprises ; régressions tout azimut et on dit merci qui ? merci les socialos qui arrivent à faire ce qu'aucun gouvernement dit de droite n'aurait réussi à faire passer… si-si j'insiste merci et bravo !

Il ressort de cette réforme qu'elle correspond au poil à la moitié de la définition du vieux père Littré : "Action de ramener à l'ancienne forme".

Les peuples européens commencent à en avoir ras la casquette : les grecs regimbent, les espagnols rechignent, les portugais râlent, les rosbeef se barrent, chez nous l'idée d'Europe branle dans le manche mais non, aucun de nos oligarques ne se pose la question de savoir quand ça va péter pour de bon. L'oligarque se contente de continuer à engranger des lois qui conviennent à son chiffre d'affaires. Il ne craint pas de le perdre un jour son chiffre d'affaires à force de tirer sur la grossière ficelle ?

Mais je m'égare, l'important du moment c'est qui va se présenter à la prochaine élection présidentielle, ça c'est important et vachement urgent… pour dans un an ! Ils sont combien à vouloir choper la queue du Mickey… à la louche une trentaine… hébé avec ça on n'est pas perdu ! J'en rirais volontiers si ça n'était pas si pathétique.

Ah j'oubliais ! Il y a le foot aussi ! Mince alors, d'un peu et je passais à côté dis-donc… c'est pas nouveau : du pain et des jeux. Mouais encore faut-il que le pain soit garanti, il commence à être un peu sec, la farine a perdu de sa saveur, quand on en sera à la croûte peut-être bien que les jeux n'y suffiront plus à maintenir un calme relatif.

26 juin 2016

* ce petit monsieur ne sait pas la différence entre antisionisme et antisémitisme et croit que tenter de comprendre une attitude hostile c'est l'excuser ! Whaou… c'est du lourd, la prochaine fois que je suis envahie par un dico, je le lui envoie mais… sait-il lire au moins ?