C'est ainsi que Monsieur Siddiqui, Danish Siddiqui exerçait son métier : photo-reporter pour l'homme de la rue, pour nous autres.
Il donnait à voir les dérangements du monde et quelques belles choses aussi.
Prix Pulitzer publié dans les revues et journaux les plus prestigieux. Indien de new Delhi, il est tombé en photographiant les combats entre les forces de sécurité Afghanes et les talibans, il avait 38 ans.
Putain de merde, ils peuvent pas tous crever étouffés ces saloperies de soi-disant talibans !!!!

 

REQUIEM IN PACE

Capture décran 2021 07 17 à 18.37.23

17 juillet 2021

 

 

 

 

"Pièce de métal, de bois ou de matière dure permettant le serrage… bla-bla-bla" me dit le CNRTL. Tout le monde sait ça surtout ceux qui, comme moi, ne cessent de bricoler des trucs et des machins qui nécessitent force écrous, vis, ficelles en bois du Tonquin et autres bidules-choses.
Mais là n'est pas le propos. Une fiche d'emprunt d'ouvrage en bibliothèque départementale m'a fait frémir :
ecrou
colonne de gauche le nom de l'emprunteur puis au milieu la date d'emprunt et enfin à droite la date de rendu peu souvent renseignée car l'essentiel est que cela soit rendu en temps et en heure, les bibliothécaires sont d'un pointilleux !

 

La bibliothèque départementale met à disposition des ouvrages dans les prisons. Cette fiche m'apprend qu'un prisonnier qui emprunte un livre ne verra pas son nom inscrit sur la fiche mais son numéro d'écrou. Il perd la liberté ainsi que son nom sur une banale fiche de bibliothèque par la même occasion. C'est affreux de perdre son nom, non ?
D'après le honteux pompage que j'opère en résumant maladroitement dans le dico de Monsieur Rey, le mot écrou vient de fort loin, en forme de féminin escroe au XIIème siècle, une bande de parchemin.  Il se dira escroue au XVIème siècle : escroues de la maison du roi pour désigner le registre des dépenses puis escrou registre de prisonniers. C'est pourquoi encore aujourd'hui il est prononcé une levée d'écrou lors de l'élargissement d'un prisonnier.

 

En quoi cette histoire d'écrou, de prison et de peine à purger doit-elle permettre de substituer le nom de l'incarcéré par son numéro d'écrou dans une innocente et anodine fiche d'emprunt de livre ?

2 juin 2021

 

 

 

Il était bien temps d'en causer de ce p'tit Farrago avec qui je chemine depuis presque dix ans. En juillet prochain cela fera dix ans qu'on m'offrit un p'tit bout de cyber-espace.

 

Je suis affreusement déçue, Monsieur Rey n'y prête pas la moindre entrée dans son magnifique dico !
Par chance reste-il les vieux d'la vieille :
- le CNRTL : "agric.. Mélange de diverses espèces de grains qu'on sème pour servir de fourrage. Au fig. Mélange confus d'idées ou de choses disparates"
- mon Pépé Littré préféré : "mélange de diverses espèces de grains// fig. amas, mélange confus de choses disparates"
- le gros Petit Robert "mot latin de far, blé*. mélange de diverses sortes de graines qu'on sème pour servir de fourrage"  il boude le mélange confus
- le dictionnaire de 1828 (qui m'échut récemment) publié et mis en ordre par quatre professeurs de l'université (on ne saura ni les noms des uns, ni celui d'icelle) qui avouent avoir puisé dans les manuscrits de Rivarol… mais oui, Rivarol le brillant et compliqué royaliste Antoine de Rivarol dont en page 4 les éditeurs reproduisent son discours "de l'universalité de la langue Française" … ce vieux dico donc à l'entrée "farrage" ne se perd pas en conjectures : "mélange de plusieurs graines", faudra s'en contenter
- le dictionnaire de l'Académie Française atteste effectivement qu'au XIXe siècle il se disait farrage : "agriculture. Vieilli. Mélange de graines qu’on sème ensemble pour obtenir du fourrage. Fig. et litt. Mélange confus de choses disparates"… merci pour le vieilli ! moyenne d'âge des académiciens ?… hummm…

 

Joachim Westphal théologien de la réforme, luthérien allemand, qui controversait avec Calvin ou encore Mélanchthon entre autres, écrivit : "Farrago Confusanearum Et Inter Se Dissidentium Opinionum De Coena Domini"… vous m'en direz tant ! les avis divergeaient sur le baptême, la cène et autres fondamentaux de la religion réformée en construction au XVIe siècle.

 

En 2003, le livre de Yann Appéry intitulé tout simplement "Farrago" nom d'un petit village Californien où vivent et rêvent des personnages si attachants, truculents,  déconcertants qu'on les croirait sortis d'un film des frères Coen. Un bon p'tit bonheur de lecture que ce Farrago ci !

 

Mot parfait , je me contente du figuré qui va comme un gant à mes p'tites graines : mélange confus d'idées ou de choses disparates. Encore que j'en aurais bien beaucoup de p'tites graines confuses à proposer dans cet espace dématérialisé mais le temps me fuit ; il  faudrait  s'y consacrer pleinement, tant d'autres activités m'attirent et me distraient. D'aucuns soupireront que c'est tant mieux ! Hahahaha…

 

Farrago côtoie dans les dictionnaires qui veulent bien l'accueillir  : faribole, faridondaine, faraud, farce, farigoule, farfouiller, farfadet… aimables à mes oreilles.

 

Je laisse le farrago de la fin à ce cher Rabelais : "Homenaz tira d'ung coffre près le grand autel ung gros faratz  de clefs"

25 avril 2021

 * il semblerait que cette affirmation soit fausse si je m'en tiens à l'entrée "fer" dans le dictionnaire historique de Monsieur Rey