Ouvrir la parenthèse, la refermer… 

"Épisode plus ou moins long de l'existence, qui est considéré comme accessoire ou extérieur au déroulement normal de cette existence"

La fin d'une année suivie de l'entame d'une nouvelle, convention calendaire, est propice à l'ouverture d'une parenthèse : on oublie tout et on recommence. 

Oublier m'est impossible. Recommencer, quelle idée aussi sotte que grenue ! On ne recommence jamais rien d'une vie, des évènements qui la traversent ; contrainte de continuer le chemin : "il faut imaginer Sisyphe heureux"… 

La NASA nous a donné à voir en cette fin d'année 2015 un magnifique portrait de notre petite planète bleue, réplique de celui pris par l'expédition Apollo 8 il y a 47 ans en 1968.

Elle ne change pas notre petite planète bleue, elle est bien jolie flottant dans l'éther infini… qu'est vachement long et grand et large… houla… infini quoi !

Elle sera encore là bien tranquille quand on aura fini par s'éliminer les uns les autres.

En cette parenthèse accessoire au déroulement normal de l'existence, je lève haut mon verre de jolies bulles qui grimpent obstinément les bords du cristal (faut-il imaginer les bulles heureuses ?) et souhaite une bonne belle grande prolifique généreuse nouvelle année aux pacifiques universels qui aiment bien la petite planète bleue et ses innombrables multiformes habitants !

mont NASA voeux

 31 décembre 2015

 

 

 

 

 

 

Mon beau sapin,
Roi des forêts,
Que j'aime ta verdure.
Quand vient l'hiver
Bois et guérets
Sont dépouillés
De leurs attraits.
Mon beau sapin,
Roi des forêts,
Que j'aime ta parure.

… etc…

C'était chanté à Noël au temple quand j'étais gamine ; j'étais exclue de cette communion arboricole à cause de ma voix de crécelle jamais placée où il faut susceptible de faire dérailler toute la compagnie. Tant mieux, j'avais ainsi tout loisir pour lorgner et moquer en silence la vieille fille qui tenait fermement l'harmonium essoufflé.

A chaque temps de Noël revenu j'ai en tête cet air, "madeleine" acoustique.

Au pied du sapin il y a : une boîte de douceurs, un étui d'empathie, une trousse de paix mais qu'en faire, il semblerait que personne n'en veut.

Qui a dit : "paix sur la terre aux hommes de bonne volonté" ? Doit pas y en avoir beaucoup en stock de la bonne volonté, arfff.

  JOYEUX NOËL à tous les volontaires !

mont sapin s

 

Un autre air "madeleine" :

Il est né le divin enfant

jouez hautbois, résonnez musettes

il est né le divin enfant

chantons tous son avènement.

Tous chantaient sauf moi mais j'aimais beaucoup l'air, c'est le seul cantique dont je me souvienne le début.

Et comme d'hab. j'ai ressorti ma petite crèche de mécréante…

creche site8602

 

24 décembre 2015

Il est né le divin Enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le divin Enfant
Chantons tous son avènement

 

 

Оригинал: http://fr.lyrsense.com/mireille_mathieu/il_est_ne_le_divin_enfant
Copyright: http://lyrsense.com ©

 

 

Il est né le divin Enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le divin Enfant
Chantons tous son avènement

 

 

Оригинал: http://fr.lyrsense.com/mireille_mathieu/il_est_ne_le_divin_enfant
Copyright: http://lyrsense.com ©

 

 

Il est né le divin Enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le divin Enfant
Chantons tous son avènement

 

 

Оригинал: http://fr.lyrsense.com/mireille_mathieu/il_est_ne_le_divin_enfant
Copyright: http://lyrsense.com ©

Il est né le divin Enfant
Jouez hautbois, résonnez musettes
Il est né le divin Enfant
Chantons tous son avènement

 

 

Оригинал: http://fr.lyrsense.com/mireille_mathieu/il_est_ne_le_divin_enfant
Copyright: http://lyrsense.com ©

 

Tourner (quelqu'un) en ridicule, railler… ou encore plaisanterse moquer ouvertement (de quelqu'un ou de quelque chose) chez l'AcadémieP'tit Robert est d'accord. L'origine du mot est mal connue, de l'espagnol gozarse = se réjouir peut-être.
C'est pas tant que je me réjouisse habituellement mais que je raille c'est sûr ! Toujours à moquer, brocarder, ironiser, ridiculiser, charrier grassement et me jouer du monde comme il va. Je me gausse donc. Je me gaussais. Mes ficelles ont pété, mes ressorts débandés… pas envie du tout en ce moment. Oh cela reviendra, ma nature de vil goupil reprendra le dessus un de ces jours mais là maintenant j'ai pas envie, pas envie, pas envie du tout.
 
Je lutte mollement et sans grand entrain contre ma vacuité en allant lire ailleurs des textes pas franchement dans le sens du vent soufflé par les médiacrates, ordinaires télégraphistes de l'air du temps à pensée unique :
 
Le point de vue d'Habermas ça ne peut pas faire de mal malgré le support
Le désert des Tartares ça vous dit quelque chose évidemment, Dino Buzzati à la sauce Lémi sur Article XI
Chez Orient XXI, une sélection : raison garder    Une france enfermée……     Tuer les autres……
Amine Zaoui chroniqueur de Liberté Algérie que je lis régulièrement : "les organismes islamiques se ressemblent tous…"   ou bien  De la Kaâba à la Tour Eiffel
Hassan Massoudy interrogé par un torchon, l'article est bâclé et mal écrit mais c'est mieux que rien les quelques mots de ce magnifique artiste  L'art pour élever l'humain
 
Et enfin sur le blog d'un auteur que je ne connaissais pas ; c'est ce que j'aurais aimé être capable de produire et suis ravie de mon inaptitude tant que je me suis régalée de ces mots si bien tortillés, ces avisées réflexions si bonnement mises en forme : chez Codex 43  Une semaine après la guerre
Voilà… je retourne au fond de mon terrier pattes en rond, truffe au chaud…
5 décembre 2015