Et oui encore......
C'est la fin d'année, une fin d'année morose par ci,  joyeuse par là, ça dépend où tu tombes, où t'es parqué.
Fin d'année qui se termine en eau de boudin pour nos chers piètres petits roitelets qui se croient foudre, en gousset vide pour les grévistes, les sous-payés, les sans logis, les naufragés de pays en guerre.
Une note réjouissante ? presque partout les peuples se révoltent, se coltinent les lacrymos et les bastos de l'autorité, mort d'hommes et mutilations mais se révoltent quand même. Où qu'on se tourne la colère gronde s'exprime et refuse de reculer.
Qu'en sortira t'il ? … Bah on verra bien mais au moins ça bouge un peu, ce que je percevais comme une asthénie générale s'est avéré faux, tant mieux ! pourtant quelle lassitude à lire chaque jour les affaires du monde.
Refuge en bulles dorées dans mon verre ce soir… et puis les bouquins, la photo un peu, la vie tranquille quand partout l'on rage ; aurais-je encore envie de rager avec mes congénères ? Non, j'en suis fatiguée. Lutter contre le néant imbécile des possesseurs de tout : décisions, pognon et foutre de saleté d'arrogance en bouche ? place aux jeunes pour qui l'avenir importe !

 

Dans la lumière douce de ma petite crèche de mécréante, je souhaite un meilleur auquel je ne crois pas plus qu'au petit jésus soviétique… peu importe, fêtons !

 

n 201915234

24 décembre 2019

 

 

 

Ils ont osé ! Une piquette pompeusement baptisée Farrago ? Et sans me demander mon avis ? Jarnicoton ! wouarf-wouarf-wouarf !!!
Sans blague, il y a bien d'autres trucs et bidules qui se nomment ainsi et c'est très bien, les mots sont à tout le monde.
Je me permets d'émettre un léger doute concernant la qualité du breuvage sis dans cette bouteille. Ayant eu à goûter un vin australien, du rouge assez onéreux, je ne garantis pas que je renouvellerai l'expérience si le cas échéait. Cet affreux tord-boyau n'était même pas digne de figurer sur la table haute en couleur d'un bistro d'arrière-pays varois… pouah ! Je dus me précipiter sur un Fitou qui me faisait de l'œil histoire de me rincer le gosier avec un produit qui sentait le caillou, la chaleur intenable de fin d'été et l'amour de son éleveur.

Ils se sont peut-être améliorés les vignerons australiens, va savoir…

vin australien site

19 juin 2018

 

 

 

Ouch… un an et demi sans lecture  ?  Que nenni !  Je ne tiendrais pas trois jours sans un livre, le temps me fait défaut d'avoir le temps de piapiater sur mon clavier et puis j'ai surtout lu du divertissant, du bon polar… des œuvres somme toute bien agréables et connues assez pour n'avoir pas besoin d'être mises en avant ici.
Sauf que à l'écoute d'une petite phrase de not' bon maître : "la politique sociale, regardez on met un pognon dingue dans les minima sociaux…" il m'est revenu en mémoire le plaisant et instructif roman Bleu de Sèvres de Jean-Paul Desprat.
Un roman cousu sur la trame historique de la manufacture de Sèvres qui fut manufacture royale. La recherche forcenée de la formule chimique de la porcelaine dure par les fictifs frères Masson ainsi que les travaux de Macquer et Millot personnages réels. Le tout pimenté d'amours, délices, pas d'orgues mais intrigues, bagarres, querelles, sermons royaux. Et puis Pompadour ou reine emmerdante, mondaine et frivole sans compter les éternels caudataires courtisans ou le comptable pusillanime.
A l'heure où le pauvre coûte trop*, not' bon maître du jour et son autrichienne exigent de la manufacture nationale des assiettes neuves et pas qu'un peu, neuf cent parait-il… mazette… pfiou… ça va être joli et la couleur recherchée desdites gamelles de luxe se nommera Bleu-Elysée, c'est d'un chic !
Notre beau pays possède une manufacture nationale, à ce titre fortement subventionnée par le budget du ministère de tutelle, qui détient des trésors de savoir-faire. Quoi de plus normal que le palais de not' bon maître lui commande de quoi offrir une jolie table avenante et pas ordinaire aux commensaux de passage. L'affaire va coûter certes mais cela reste dans le domaine de la république… en principe car on peut s'interroger : où vont donc se dissimuler les meubles, tapis, vases et autres ornements nationaux lorsque le chargé d'inventaire passe dans les palais et appartements de fonction et n'y trouve pas les objets inventoriés ? Il se contente d'inscrire un "non vu" en face de la ligne et basta.
Le palais de not' bon maître s'enrichit pour exhiber l'excellence et le goût français. Pourquoi pas mais pourquoi nos ambassades sont au régime sec, elles dont une des prérogatives est le rayonnement culturel par le biais d'un assistant dont la fonction est "attaché culturel" ? Pourquoi les alliances françaises occupées à alimenter le plaisir des étrangers qui apprécient notre culture ferment les unes après les autres faute de pécunes ?

Ce livre de Monsieur Desprat résonne étrangement avec les nouvelles du jour !

 CVT Bleu de Sevres 2301

A la suite Jaune de Naples et Rouge de Paris tout aussi plaisants et inscrits dans la grande Histoire bien remuante

97580 couverture Hres 0           104428 couverture Hres 0

14 juin 2018

 

* selon les statistiques d'organismes sérieux, notre pays possède le taux de personnes en situation de pauvreté le moins élevé de toute l'union Européenne… ben oui hein, les aides sociales c'est un poil efficace, pas assez mais un poil quand même.