Décor : Mémorial du camp d'internement de Rivesaltes, Pyrénées Orientales. Sur la partie de terrain civil adjacent au camp Joffre 

Epoque : au XXIème siècle le 29 octobre 2015

Acteurs : tous les êtres humains qui ont eu le malheur d'être enfermés en ce lieu… excepté quelques salopards en fin de deuxième guerre mondiale

Avertissement : il s'agit d'un témoignage tout simple, pas un précis d'Histoire. Se reporter aux nombreux ouvrages spécialisés pour informations savantes


Terre d'accueil, patrie des Droits de l'Homme et patati et gnagnagna…

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme a été adoptée par l'ONU le 10 décembre 1948 à Paris. Paris est en France certes mais est-ce bien suffisant pour faire accroire en la patrie des Droits de l'Homme ?

Sur le papier, dans l'histoire officielle ou le bec des orateurs politiques, ça peut faire illusion mais à y regarder de plus près………

Je suis allée visiter le mémorial de Rivesaltes tout frais inauguré par le premier ministre.

Une dizaine d'hectares à végétation rabougrie, des baraquements allant à ruine et la tramontane impétueuse, la chaleur écrasante ou l'aigre froid au fil des saisons. Un décor pour western spaghetti, d'ailleurs Almeria l'espagnole n'est pas si loin. Une partie de ce camp est en zone militaire aussi on n'y accède pas, c'est le camp Joffre ; pour l'autre des volontés têtues ont décidé de créer un Mémorial qui expliquerait toute la misère endurée par les différentes populations entassées là par nos dirigeants désagréablement dérangés par ces "indésirables".

L'entrée du camp côté militaire (ils ne croient quand même pas que je vais obtempérer à leurs pancartes d'interdiction d'entrer les mirlitons !), les éoliennes sont bien postérieures on s'en doute

memorial site29102015 0064

 

on accède à la partie civile, lieu de construction du Mémorial, par un parking puis une allée aménagés… Ah une caméra de surveillance ! Ça manquait dans un ancien camp de rétention

memorial site29102015 0072

 

c'est tout propre tout neuf les sobres aménagements. Des jeunes gens tout sourire accueillent le visiteur à l'entrée. Ci-dessous derrière les deux silhouettes, le bâtiment du Mémorial : une grande dalle en légère pente qui ne laisse pas deviner l'imposante salle d'exposition permanente et diverses autres salles. L'architecture a été confiée à Rudy Ricciotti, j'apprécie beaucoup la rigueur et le dépouillement dont il a usé sur ce lieux de souffrances si infinies que les jours venteux, on a l'impression d'entendre encore les plaintes des malheureux enfermés pour la plupart sans motif

memorial site8468

 

je connais déjà les lieux que j'ai presque peine à reconnaitre. Les  rouleaux de fils barbelés, clôtures écroulées, pieux sortant à moitié de terre et autres périls pour les pattes distraites sont débarrassés. La pauvre rude végétation plus ronce que fleurette est un mauvais souvenir. Seuls restent de tenaces oléastres qui croulent sous les fruits déjà mûrs que personne ne ramasse et quelques juniperus ou térébinthes increvables.

Le Mémorial est construit au milieu des ruines ; je décide de faire le tour du camp avant d'y entrer

mnt vegetation memorial

 

les bâtiments construits par les prisonniers sont bien fatigués mais de discrets renforts permettent à certains de rester debout tant bien que mal

mont bati memorial site

 

les latrines en béton pré-contraint supportent à peine mieux le poids des ans, l'air salin et le vent agressif.

memorial site8478 2

 

Avant l'aménagement en musée-lieu de mémoire officiel, cet endroit attirait des rois de la bombe de peinture, des descendants des enfermés venus se recueillir et des anarchistes :  hep,  collègue inconnu  je  t'assure qu'on n'oublie pas l'histoire, on sait où se situent les ennemis et … on est complètement impuissants.

memorial site8470

 

Ça me fait un sale effet les caméras de surveillance ; dans un ancien camp de rétention ça me fout carrément la chair de poule… pour une goupil c'est la lose une chair de poule ;  la surveillance généralisée et la vie "big brother", non merci !

memorial site8492NB

 

La piste circulaire aménagée me ramène au point de départ vers l'entrée du Mémorial, allons-y. Il faut descendre et s'enfermer, c'est un coup de génie d'avoir enterré l'architecture qui s'efface devant les vestiges des prisons

mont bat memorial

 

à l'entrée la sempiternelle plaque d'auto-satisfaction des édiles locaux et nationaux, descendants des responsables de la création de ce camp et de l'enfermement de milliers de gens pour la simple raison qu'ils étaient "indésirables".

memorial-siteFuji3803

 

Tout est dit dans le résumé ci-dessous, tant de lucidité m'intrigue. Je comprendrai plus loin en visionnant un entretien : c'est Denis Peschanski qui a présidé à l'élaboration du musée.

memorial sitefuji3807

 

Ça commence en 1938  sous la présidence du Conseil du petit Edouard Daladier (je sais qu'il était petit car j'ai fini d'user ses chemises dans les années 70 et que je ne suis pas grande mais c'est une autre histoire), pas un gros méchant le gars Edouard : ministre des colonies, de la guerre ou de la défense nationale, signataire des accords de Munich entre autre… tout pour plaire quoi…

"Saperlipopette ça me gâche le p'tit dèj' ces saloperies d'espingoins fuyards" qu'il s'exclame un matin de lever du pied gauche, un comble pour ce genre de type qui louvoie entre socialistes et radicaux, et hop…avec ses potes du Conseil il décide de l'ouverture de camps pour les "indésirables" espagnols républicains qui fuient les troupes franquistes. Ainsi naissent les camps de Rivesaltes, le Vernet dans l'Ariège, Bram dans l'Aude et tant d'autres.

memorial sitefuji3808 2

 

J'ai connu deux hommes qui étaient gosses au moment de la fuite (un des deux est encore vivant et centenaire aujourd'hui… sont solides les républicains), ils ont été cantonnés avec leurs pères sur la plage du Barcarès : la plage tout simplement et sans rien à manger ni pour s'abriter ou un peu d'hygiène ; leurs récits sont déchirants.

J'ai déjà évoqué ce moment de notre Histoire par ci  et  par là.

Les Pyrénées à traverser, ça n'est pas une promenade de santé. Avec un maigre barda sur le dos, des chaussures éculées, des mauvais pardessus, ils ont cheminé de nuit et se sont épuisés à soutenir les vieux et porter les enfants sur des chemins mal foutus.

Une partie de cette colonne de misère est passée par le port d'Envalira (2 400 mètres d'altitude) bien avant qu'il soit aménagé pour que les skieurs puissent accéder aux pistes ; même en été on s'y gèle dans les courants d'air

memorial envalira3827

 

Les républicains espagnols ne resteront pas seuls bien longtemps ; Pétain fait enfermer "les forces de l'anti-France" : juifs, francs-maçons et autres "métèques". Les discours xénophobes actuels ne sont pas difficiles à rédiger, il suffit d'aller pomper dans les archives du gouvernement de Vichy qui possédait cet art consommé de faire croire aux braves gens qu'ils avaient une triste vie à cause des "étrangers". Les étrangers furent enfermés, déportés, tués et ça n'allait pas mieux…alors là… pas mieux du tout , c'est le moins qu'on puisse dire… bizarre n'est-ce pas !

memorial sitefuji3809

 

Sahara du Midi…  je ne connais pas le vrai Sahara hélas mais j'imagine à partir de mes lectures, effectivement il y a des analogies

memorial sitefuji3810

 

sur les murs nus, des films et photos d'archives défilent. Toute ressemblance avec les chercheurs de refuge d'aujourd'hui est manifeste

mont exil memorial

 

les jours passent. Les guerres se succèdent. On enferme à tours de bras.

memorial sitefuji3814

 

Les espagnols sont éparpillés dans les fermes qui manquent de main-d'œuvre ou chez les artisans, tous les gens qui veulent bien d'eux. Les juifs escortés par de bons français pour le dernier voyage ont disparu dans les camps d'extermination. Les salopards de nazis et autres collabos qui ont tâté de la paille humide du cachot ont eu des fortunes diverses. Les harkis placés là en "transit et reclassement" seront envoyés se faire voir ailleurs, éparpillés d'office eux-aussi. Arrive le tour des supplétifs de l'Indochine française et d'Afrique noire, dernière grosse vague d'internés.

memorial sitefuji3821

 

Il y aura encore des passages de migrants de diverses nationalités désignés comme illégaux ; de "camp d'internement" l'appellation a glissé en "centre de rétention administrative" jusqu'en 2007.

Ce camp ne fut qu'un parmi des dizaines d'autres ; fermés là ils sont reconstruits ailleurs. Depuis 1948 il me semble que tous violent les articles 3 - 5 - 7 - 9 et 14 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme en toute impunité, des dispositions exceptionnelles sont prises et deviennent norme. La Cimade est invitée à visiter et veiller au respect de la dignité et des droits des retenus, cela seul suffit.

Terre d'accueil ? La mémoire fait douter, la situation actuelle dément.

memorial sitefuji3823

 8 novembre 2015

 

 

 

 



Décor : Perpignan et le festival VISA pour l'image

Epoque : XXIème siècle, le 10 septembre 2015

Acteurs : des photo-journalistes-reporters, le monde comme il va et moi


C'est le titre qu'a choisi Manoocher Deghati pour son cartouche de présentation à l'entrant de la rétrospective qui lui est consacrée. Une fratrie qui a l'œil, son frère Reza est mon photographe préféré ; Manoocher est peut-être moins connu quoique deux de ses photos restent dans la mémoire collective : Arafat qui rentre à Gaza avec un sourire à décrocher la lune, on verra plus tard qu'elle n'a pas voulue descendre… une autre jouissive de Jospin se faisant caillasser à l'université de Birzeit après avoir encore proféré une grosse stupidité qu'a foutu les étudiants en rogne.

Après une visite à VISA pour l'image, festival annuel de photo-reportage de Perpignan, je ne peux pas nier l'avoir vue en face la réalité.  Comme chaque année c'est bien trop foisonnant pour une seule petite journée, je dois faire des choix en écartant les sujets qui ne m'intéressent guère, louper National Géographic et les photographies soumises au World Press Photo, ça c'est dommage il y a toujours des captures du monde comme il va qui sont très fortes… tant pis…

La réalité en face, c'est rude encore que je me contente de regarder des photos dans des salles tranquilles avec la proximité de vivres, de sous en poche pour les acheter si le besoin s'en fait sentir.

visa3513

D'année en année les présentations et la qualité des tirages ne se démentent pas, le travail des photographes est bien mis en valeur ce qui n'est pas rien car, hormis à l'hôtel Pams, les salles sont vétustes et décrépies. 

Partout sur les places dans les rues sont présents les fanions et les panneaux qui invitent à la visite des neuf lieux d'exposition. Ça fait bizarre de visiter Perpignan sous ce grisouille ciel.

Un recoin sombre :

visa3549

 

Après le mémorable coup de gueule du patron en 2010, le risque de voir des productions bricolées à coup de logiciels a disparu. Il me semble que les choix de prises exposées évoluent, des photographies plus humaines moins sensationnelles au sens où, l'actualité étant majoritairement sanglante, les événements sont capturés dans le contexte en s'attardant moins sur les cadavres déchiquetés, les mutilations et autres horreurs. Les illustrations en sont plus parlantes, font ressentir encore plus le sentiment de proximité du regardant avec les regardés. J'hésite à écrire sentiment de fraternité… enfin bref, les regardés sont des humains comme moi. Et leurs regards vus me suivent, ceux des victimes broyées dans le grand bordel ambiant mais aussi ceux des exécutants de basses œuvres… parfois une lumière pas si meurtrière dans le regard d'un soldat ou d'un milicien, une fugace lueur d'humanité ; bourreaux et victimes sont les deux faces d'un monde déglingué, les véritables responsables se planquent à revers bien à l'abri des objectifs !

Alfred Yaghobzadeh a réussi à choper des demoiselles et femmes yézidies, cette minorité kurde particulièrement persécutée par les infâmes terroristes barbus, qui ont réussi à échapper à leurs geôliers ou ne se sont pas fait saisir en se planquant dans les montagnes. Elles ont rejoint les autres kurdes résistants, armées elles se battent.

Visa a une particularité fort agréable : chaque visiteur est respectueux de son voisin aussi jamais on ne se marche sur les pieds ni ne se bouscule… des "je vous en prie" et autres "après vous" sont de mise. Sauf que parfois, emporté par le récit qu'il suit un visiteur oublie un peu qu'il n'est pas seul. En l'occurrence deux vieilles dames s'extasient devant ces courageuses yézidies qui s'entrainent à flinguer du barbu honni tout en découvrant une forme de liberté à laquelle elles n'ont traditionnellement pas accès dans la vie ordinaire… un ralentissement… une des dames ne suit plus sa copine, se retourne et me rentre dedans tout en exprimant bruyamment son sentiment puis s'aperçoit de sa méprise qui me fait rire : on discute un peu on est vite d'accord, si les femmes commencent à s'en mêler, ils sont mal les barbus. 

visa3517

 

L'actualité internationale est plus que fournie et à notre porte parfois ; les expulsions en Espagne suite à la crise financière de 2008, des milliers de gens ne pouvaient plus payer leur crédit immobilier… les cris et les pleurs, les yeux hagards, le réfrigérateur au milieu de la rue… les flics à gilet pare-balle et casque lourd qui forcent les portes, bousculent, évacuent… ça pense à quoi un flic qui obéit à la finance ? Un visiteur allemand traduit les légendes des photographies à son jeune fils qui semble choqué de voir ces familles mises à la rue ; je me demande s'il lui explique aussi que c'est sa patrie qui gouverne la finance européenne…

La guerre civile au Burundi pas très commentée par chez nous, les résistances civiles à la construction d'un canal au Nicaragua, le Venezuela qui s'enfonce tant et plus dans la misère et la violence.

Un retour sur le séisme au Népal, la catastrophe sanitaire due au virus Ebola ; et de me surprendre à penser une fois de plus qu'au moins ces emmerdes ci sont naturelles ! 

Au Népal encore : une histoire charmante sur les kumaris, des petites demoiselles désignées comme déesses vivantes jusqu'à leur puberté.

En Centrafrique Edouard Elias, un jeune photographe excellent s'est embarqué avec la légion sous l'égide de la mission Sangaris…  même un légionnaire peut avoir un regard d'humain ordinaire, ça c'est une nouvelle ! Marcus Bleasdale s'est approché des camps de réfugiés, des curés qui sauvent des musulmans et vice-versa, un peu de bienveillance et un photographe qui capte admirablement les lumières.

En République Démocratique du Congo une jeune femme, Diana Zeyneb Alhindawi, s'est intéressée aux femmes qui témoignent de viols commis par les forces armées (FARDC) devant un tribunal militaire. Les accusés se marrent et discutent le coup en attendant de passer à la barre, les accusatrices se voilent intégralement pour ne pas être reconnues par peur de représailles… une avocate de la défense qui ne lâche pas le morceau, de quel regard elle toise le président !

La plus grande part est consacrée à l'actualité de forte intensité. La Somalie par un somalien, Mohamed Abdiwahab jeune photo-reporter :  "travailler en Somalie revient à marcher sur le fil d'une épée" dit-il. Depuis 1991 ce pays est en ruines et tourments.

Les camps de réfugiés syriens en Irak depuis trois ans : ironie de l'histoire, les irakiens fuyaient vers la Syrie les bombes américaines, ils accueillent leurs anciens hôtes maintenant et pourtant leur pays n'est pas des plus calme et prospère. Les libanais, turcs, algériens et jordaniens se débrouillent plus ou moins mal de l'énorme afflux syrien. Sur vingt-deux millions de syriens, il y en a cinq ou six qui ont fui et sept ou huit en perdition à l'intérieur du pays. Les quelques milliers de survivants qui viennent s'échouer en Europe c'est peau d'balle n'en déplaise aux nationalistes racistes trouillards qui bavassent à longueur de journées : et qu'on n'a pas d'sous, pas de logements, pas d'écoles, pas d'ci, pas d'çà pour accueillir ces pauvres gens dans de bonnes conditions et pis y a nos vieux qu'ont pas une bonne retraite et pis y a nos pauvres à nous qui sont dehors… c'est pas qu'on a mauvais cœur mais non là vraiment…… et patati et patata… et pis y sont musulmans, ouille-aïe-aïe-aïe !!!

Pas de logements ? Ah… et pourquoi au fil des ans je vois cette bonne ville de Perpignan périr ? Les rues sont vides, les volets fermés, les bâtisses en péril ! C'est une magnifique ville sudiste carrefour de plusieurs cultures qui tombe en ruine. La place ne manque pas, ce n'est pas une affaire seulement caritative mais politique, très politique. Bon admettons qu'on foute dehors ces saletés d'envahisseurs, ça va faire grimper la retraite des vieux, offrir des lieux de vie et du boulot aux clochards ? Laissez moi rire, vos faux arguments cachent bien trop mal vos péteuses lâchetés messieurs-dames qui vous croyez gardiens d'une illusoire pureté nationale.

Logements fermés, rues crasseuses, gosses désœuvrés qui jouent dans les détritus. Une si belle ville qui ne demanderait qu'à vivre :

mont ruelles perp visa site

 

Les bombardements, Kobané en bouillie, une partie de Damas en charpie, Homs en poussière et gravas, les attentats à la voiture piégée rapides efficaces et pas chers, Lattaquié prête à tomber, des villages moins connus, Palmyre avant la chute du temple de Bâl, c'est dévasté ; j'entends des clampins pérorer que les jeunes devraient se battre "comme on a fait en 40" pour sauver leur pays au lieu de fuir, ils sont mignons… En 1940 nous étions un pays occupé suite à une guerre conventionnelle d'extension de territoire, il y avait quarante millions de pétainistes et seulement une poignée d'irréductibles à qui il fallut la coalition la plus énorme de l'histoire de l'humanité pour arriver à aplatir ces saloperies de nazis entre les pinces amerloques d'un côté et ruskoffs de l'autre. Comment pouvoir se battre, choisir son camp sans erreur et trouver un appui logistique lors d'une guerre civile doublée d'une guerre de religion triplée de considérations économiques quadruplée par la grosse envie du russe de ne pas perdre son énorme base de Tartous ? Comment trouver les forces humaines nécessaires à l'organisation d'une résistance dans un pays dictatorial qui a flingué tous les opposants au régime ?

Le collectif Dysturb   déniche des endroits propices d'exposition à la rue :

visa3521

 

 

Quand un homme se noie sous ton pif, faut plonger ; si tu commences à réfléchir que t'as pas ton maillot, ta serviette éponge, ta bouée canard et tes palmes rose fluo le mec a le temps de couler. Soyez clairs maroufles cessez vos captieux discours puants, foin d'hypocrisie que diable ! Dites-le franchement que vous souhaitez la perte des candidats au refuge !

L'Europe qui n'avait qu'à moitié réussi à entrouvrir ses frontières intérieures est en train de claquer violemment la porte blindée. Les photo-reporters sont accusés d'instrumentaliser les consciences… faut bien dégoter du bouc émissaire et paf ça tombe sur les témoins.

visa3519

 

La réalité en face, un regard encore. Ce jeune homme appartient à un gang violent de San Salvador, il vient d'être incarcéré. Un regard de môme perdu :

visa3515

 

Ah comme j'aurai aimé aller écouter ce qu'ont à dire ces gens !

visa3570

 

Les pays non représentés par une exposition sont ceux qui sont inaccessibles tant ils sont devenus périlleux : Erythrée, Ethiopie par exemple, ou ceux dont les sujets ont été largement abordés lors d'éditions précédentes ; les neuf lieux ne suffiraient pas à toute l'actualité du monde chaque année.

Ma salle préférée, celle où je pourrais passer la journée à photographier les gens qui passent, avec du matériel : un reflex, un objo lumineux et un pied… bref le confort moderne. Comme chaque année faute de temps j'ai dû me contenter d'un p'tit cliché avec mon fidèle p'tit compact :

visa3569

 

Dans le labyrinthe délabré des ruelles de la vieille ville, je rencontre des naufragés qui ne savent plus comment faire pour rejoindre un lieu malgré leur plan tout chiffonné. Ils tournent en rond, se perdent et recommencent. Je connais assez bien ce dédale et leur indique comment cheminer tout en leur proposant une halte à l'ancienne université puisqu'ils passeront devant ; ils n'ont pas l'air très enthousiastes et surtout fatigués de la réalité en face, il y a de quoi hélas. J'insiste : "je vous assure qu'il faut voir ça, c'est magnifique ! Les profondeurs de champ fabuleuses, les couleurs merveilleuses, les paysages époustouflants, les portraits aimables"… ils n'ont pas l'air bien convaincu… "mais si il faut y aller, c'est un type qu'a monté deux cent kilos de matos au Pérou et qu'a tout fait avec une chambre, c'est vraiment rafraichissant"… le monsieur du petit groupe opine fermement : " ah oui un bol d'air j'en veux j'en veux !!!" et les voilà partis vers un moment de grâce. L'auteur est Juan Manuel Castro Prieto, sur son site cette exposition n'est pas encore éditée mais il y a de quoi se régaler les yeux en changeant de réalité en face.

castro prieto visa3512

 

Ce festival évolue, s'interroge et donne de plus en plus de place aux jeunes auteurs étrangers. La qualité tant technique qu'éditoriale est de haut niveau ; ces gens qui prennent des risques considérables pour témoigner du monde comme il va sont très talentueux. C'est une manifestation entièrement gratuite, ça ne cours plus les rues ça !

Un dernier tour à la librairie éphémère pour acheter le catalogue de l'année. Raté, rupture de stock… ah zut ! Heureusement je pourrai le commander plus tard par internet chez un libraire toulousain.

Et le dernier regard pour Eric et Gabriel, deux guides pygmées d'une expédition dans la forêt camerounaise Lobéké à la recherche du premier lieu de contamination du virus VIH sida autour des années 1900.

visa3572

 

Il faut avoir le cœur bien accroché pour attaquer frontalement les convulsions du monde, les voir éditées en grand ça foutrait le bourdon à une armée de bouffons rigolards mais j'aime à essayer de comprendre le monde dans lequel je vis. En ce moment c'est vraiment un foutu bordel de dieu à la con, faut bien se rendre à l'évidence et c'est pas les rodomontades tartarinesques des politicards qui vont améliorer bien le rebours. Ils adulent le village global pour mener leurs petites et grandes affaires mais dès qu'il s'agit d'êtres humains, hop !… barbelés et portes cadenassées.

Ce genre d'exposition est une occasion de s'interroger différemment. Les images complètent les mots et des détails se détachent. Pourquoi soudain cet afflux massif de gens errants à la recherche de protection ? La guerre en Irak 2003, la Lybie 2011, l'Afghanistan 1978, Ethiopie-Erythrée 1920, la Syrie 2011, la Somalie 1991 pour n'évoquer que ce coin de planète ; ça fait un bail que c'est l'enfer, des réfugiés pourraient encore arriver par petits groupes à l'ancienne pas comme cette marée humaine qui déboule à peu près vivante. J'entends ou lis ici et là que le russe déploie des armements lourds dans le secteur, que notre beau porte-avion se portera sur zone s'il ne tombe pas en panne, que le petit président va effectuer des frappes aériennes avec ses petits poings rageurs comme le fait l'américain depuis trois ans sans le moindre succès digne d'intérêt, que les tartarins s'essoufflent à réclamer des interventions terrestres d'une coalition internationale qu'il faut traduire par occidentale, que l'OTAN manœuvre en grand actuellement en Méditerranée avec sous-marins destroyers et tout le toutim. Ces rumeurs de encore plus grosse guerre seraient-elles si fondées que les populations décident de tout abandonner pour préserver le seul bien qu'elles peuvent tenter de sauver, leur vie ?

Sommes-nous à la croisée de deux mondes ? Possible : changement de climat, raréfaction des énergies fossiles, résurgence des religions dans la parole politique, numérique qui se répand en faisant haut-parleur de tout de rien et beaucoup de faussetés, peuples qui réclament leurs territoires confisqués… ça crise, ça secoue, ça tangue, ça va tanguer encore.

 

 

Peut-être bien qu'il n'avait pas tort le père Gramsci : "La crise consiste justement dans le fait que l'ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître : pendant cet interrègne on observe les phénomènes morbides les plus variés."

 

 

 

 

 


Elle m'a bien pris deux heures de temps la vie moderne connectée, carte-bancairée, virementée… mouvementée oui !

J'ai le vif plaisir de connaitre depuis une quinzaine d'années des jeunes gens bien sous tous rapports surtout sous celui de savoir s'organiser en voyageurs pas ordinaires, utilisant les moyens du bord et la débrouillardise : logistique légère de leur soif de connaissance d'autres peuples, d'autres façons, d'autres paysages. A peine rentrés d'aventureux périples Australie-Nouvelle Zélande le porte-monnaie criant famine, ils se remettent au boulot tant en rêvassant à leur prochain itinéraire. Vous en saurez plus à la fin de ma bafouille.

Quel rapport entre le monde connecté et leur future aventure me direz-vous ?… Ben voilà… ces jeunots vivent avec leur temps et décident d'utiliser la méthode du crowdfunding pour compléter la cagnotte nécessaire à leur ambition… jusque là tout va bien. C'est quand, disposant enfin de quelques minutes dans le même temps que ma liaison satellitaire est en forme, je me décide à glisser mon obole sur la page KissKissBankBank de leur projet que ça commence à merder dans les grandes largeurs.

Rien de plus simple pourtant… et hop je m'inscris… et zut mon totem est déjà pris… et c'est pas grave j'ajoute un bout à mon isatis et voilà… un code secret, encore un, à inventer et l'affaire est faite… ah ben non…

Je passe sans difficultés les cadres à garnir, j'appuie sur le machin qui va bien pour confirmer que non je ne suis pas là par hasard ni force et que oui je veux déposer des sous. Je clique sur l'icône de mon service carte bleue, encore dix secondes d'efforts et une bonne chose de faite… pas du tout, ça serait trop simple ! Ma banque me signale qu'elle m'envoie un chiffrage par sms pour valider… bon… j'attends… j'attends… enfin le vroom-vroom tonitruant d'un sms arrivé à bon port, a y est j'y suis. Euh… finalement non.

Je tape le chiffrage et ça ne fonctionne pas, c'est mentionné en rouge comme si j'avais commis une faute à la dictée en classe de maternelle supérieure ! Merde… je recommence en me disant que j'ai la vue qui baisse, les doigts malhabiles ou je-ne-sais-quoi que j'ai foiré… et non, pas encore pour cette fois ! En rouge toujours : attention troisième et dernier essai… Palsambleu, j'en foutrais bien un quéqu'part d'essai moi !!!

Cependant que je commence à fulminer sévère un deuxième vroom-vromm sms… ben v'là aut'chose… pfff… ma banque m'envoie un deuxième chiffrage… ah bon… je m'exécute et les mêmes admonestations rouges s'affichent… ça commence à me courir sur le haricot et je vais laisser tomber quand un troisième sms tombe avec encore un nouveau chiffrage… non mais… pincez-moi je rêve ! Au point où j'en suis j'essaie et paf, encore raté. Une nouvelle page m'indique gentiment que mon paiement est refusé et que je ne pourrai plus rien payer par internet en carte bleue avant l'expiration de la date de validité de celle-ci. Mais je m'en fous bordel de merde !!! Je veux filer trois ronds aux gamins, c'est quand même simple à comprendre ça !
Un numéro de téléphone non surtaxé permet d'appeler le service ad hoc de ma banque en cas de problème. Effectivement j'ai un problème c'est le moins qu'on puisse dire. Si je dois de nouveau passer par internet pour acquérir un truc important j'suis dans la panade, ma carte n'expire que dans trois ans. Au point où j'en suis j'appelle. Après une longue attente en compagnie d'un message automatique qui me vrille les esgourdes, une charmante dame répond. Je l'informe de mes affreux déboires : "attendez une seconde je regarde…" et vlan la communication est coupée. Y a pas à tortiller, c'est mon jour de veine. Comme je suis têtue, je m'y remets et me re-vrille les oreilles un bon moment. Enfin une autre charmante dame répond, la communication ne se coupe pas, ça va se régler en trois coups de cuiller à pot.

Pas du tout comme bien vous l'imaginez.

Elle ne comprends pas ce qui a pu se passer, me demande jusqu'à friser l'insolence si je sais bien me servir de l'outillage que j'ai sous le pif et se perd en conjectures. En désespoir de cause, elle va me rappeler ultérieurement après avoir demandé à un chef une levée de protection temporaire sur ma carte histoire que je puisse valider avec un numéro de moi seule connu.

Il semblerait que la chance ait tourné : la dame a rappelé comme convenu, m'a assuré que je pouvais exceptionnellement utiliser un numéro qui reste valide quelques heures et m'a souhaité un bon après-midi. Vite-vite-vite je saute sur la souris, je file récupérer la page du projet, je tape frénétiquement et zou… ça marche, youpi !

J'aurais farfouillé dans mon sac pour trouver mon chéquier, garni une formule et un mot doux, glissé le tout dans une enveloppe confiée aux bons soins de la Poste, j'en avais pour trois minutes, méthode triviale qui fit ses preuves autrefois.

Moralité, mieux vaut être têtu-obstiné-résistant dans ce monde connecté loin de fonctionner à merveille comme ses instigateurs veulent bien nous le faire accroire.

C'est pas le tout de lire mes vociférations, faut que vous alliez voir par ICI les détails du futur voyage. Et pourquoi pas y glisser votre obole vous aussi ça vous donnera peut-être l'occasion d'entendre la jolie voix d'une charmante dame qui vous aide à vous dépatouiller du paiement en ligne, qui sait ?

7 août 2015