Bon-bon-bon… va falloir aller mettre un p'tit papier dans la grande boîte dimanche prochain… arf…  Je n'ai aucune sympathie pour cette méthode fallacieuse comme déjà raconté ; quand on habite un petit village ou tout le monde se connait, on n'a pas trop le choix, je vais faire semblant et en profiterai pour saluer les collègues et voisins.
Quelle connerie cette pseudo-démocratie, mot dont tous les prétendants au trône ont la bouche encombrée mais on ne sait que peu ce qu'ils ambitionnent d'en faire.
Pour la blonde, c'est assez clair : police-armée-gendarmerie à tous les étages, on se fâche avec tout le monde sauf Poutine, danses folkloriques obligatoires et Algérie française, on revient au franc dans le porte-monnaie… ah oui mais lequel ? le franc à cheval, l'ancien franc, le nouveau ? Flou le truc… on envoie chier les technocrates de Bruxelles… elle oublie simplement d'avouer aux flics, qui aimeraient bien voir son charmant minois borgne au commissariat, qu'elle se sucre copieusement avec les émoluments bruxellois en siégeant au parlement et employant pléthore de petites mains qui ne savent peut-être même pas où se situe Bruxelles… ou Strasbourg selon les jours. Enfin, son châtelain de papounet chéri la soutient, ouf… la famille va bien.
Pour la p'tite brune : travailleuses-travailleurs les patrons vous entubent… c'est ancestral ça mais ne sachant proposer quelque chose, elle radote.
Il y en a un qui râle grave contre la CIA dirigeant le monde… ah bon ?… mais comme on va coloniser les martiens, on va pouvoir créer un nouveau monde merveilleux, on quitte l'Europe et on revient au franc (encore ? lequel de franc ? Aura t-il cours sur Mars ?) mais attention c'est pour mieux refaire… bref on vire la tapisserie et on en colle une autre et il fait tout ça tout seul avec ses p'tits doigts le vieux. J'ai oublié son nom.
Un autre salope tous les patelins avec ses affiches et sa gueule d'empeigne sur tous les supports possibles, agressive ringarde la méthode. On sort de l'Europe, de l'euro, de l'OTAN… bref on sort de tout mais c'est pour faire mieux après… il a le front de raconter à qui veut l'entendre qu'il souhaite suivre le programme du Conseil National de la Résistance (qui s'intitulait "les jours heureux" pour les ceusses qu'auraient oublié) quel cuistre ! Qu'en pensent les quelques résistants encore en vie ? je souhaite de tout cœur qu'il n'aient pas entendu cet olibrius, ils ont eu assez de peine comme ça. Asselineau qu'il se nomme ce haut fonctionnaire qu'attend d'être vieux pour changer le monde.
En passant… un p'tit poutou à Poutou, le seul capable de dire franchement face à face aux escrocs qu'ils le sont… m'enfin les trotskars hein… ben c'est les trotskars quoi, doctrinaires, un tantinet has been, courageux et, n'ayant rien à perdre, assenant quelques vérités réjouissantes.
La litanie des -on ensuite : le gagnant des médias généralistes Macron ou "les aventures de Babar et la vieille dame", du creux entouré de vide ça ne va pas loin pour nous autres la population. Fillon à qui il faudrait interdire les deux L au centre de son nom, un curé qui pique dans le tronc de l'église… c'est que ça coûte un manoir pour famille nombreuse ! Hamon : une p'tite sympathie pour ce pauvre gars qu'est bien courageux et fort naïf s'il a vraiment cru pouvoir changer le PS cependant que les éléphants lui savonnent consciencieusement la planche pourrie qui leur tient lieu de parti. Mélanchon : notre Bolivar des faubourgs tribun hors pair incontestablement, il soulève l'enthousiasme des foules joyeuses ; il est probablement le seul à avoir autant de culture politique sur l'Histoire de la France et de ses révolutions, ses propositions tranchées n'ont rien du brouillon tiède des autres -on… m'enfin bon… hummmm… de là à virer dictateur au cas improbable où il décroche la queue du mickey, y a pas loin…
Zutre… je n'en ai que neuf alors qu'il doit y avoir onze prétendants ! Ah oui, le soit-disant berger qu'a passé toute sa vie à l'ombre des pourpres-zé-ors nationaux. Il parait qu'il a proposé de faire siéger des brebis à l'assemblée, enfin une proposition qui change ! On remplace les moutons par des brebis, ahahaha !!!
Il m'en manque encore un : j'ai dû tricher et aller voir sur le site du Conseil Constitutionnel, honte à ma mémoire qui flanche j'ai zappé Dupont-la-joie-la-France-debout… mince alors ! un pays assis serait plus apaisant pourtant, un gaulliste plus vrai que l'original parait-il, du "c'était mieux avant" réchauffé méchant.
Aparté : tous ces postulants ont un point commun qui me hérisse : faut donner du boulot au gens… ah… est-ce une finalité en soi d'avoir à aller trimer ? Non merci ! *
Partie de rien logiquement je suis arrivée nulle part et pourtant il faut bien que je fasse semblant de voter ! Pour de précédents scrutins j'avais balancé ma liste de courses ou mon chant de résistance préféré ou les tickets d'un spectacle passé… pffff… faut se renouveler que diable ! Alors j'ai ressorti le G.R.A.T. je vais me faire un beau bulletin G.R.A.T. youpi !
Ah je suis contente d'avoir retrouvé cet acronyme que nous ne devons être pas plus de six à en connaitre la signification. C'était dans cette affreuse ville de Nice à la veille d'un scrutin municipal dans le temps où le fils Médecin tenait sa ville pour sa propriété personnelle et n'avait pas de contradicteurs… ou alors ils ne faisaient pas de vieux os. Un soir, nous étions quelques-uns à refaire le monde comme tous les jeunots qui devaient vivre une ambiance aussi pourrite à la fin des années 70, une fulgurance pas de coutume nous fit inventer un parti  : le G.R.A.T.  grande propagande immédiate, faut pas trainer l'heure est grave ! N'écoutant que notre incommensurable courage à porter la bonne parole illico, nous nous munîmes de bombes de peinture et allâmes tartiner du G.R.A.T. partout où notre acronyme révolutionnaire allait être vu par les milliers de pauvres niçois fort marris de se coltiner un malévole maire . Las, aux abords du pont de chemin de fer une patrouille de bleus à gyrophare nous fonce dessus, n'écoutant que nos pattes laissant notre courage et nos bombes se débrouiller tout seuls, nous détalâmes comme de péteux lapins. Las derechef, une militante se fît pincer : asthmatique elle ne pouvait pas courir. A peine né vagissant, notre mouvement international disposait d'une première martyre. On s'est arrêté de courir pour souffler et rigoler un bon coup de notre bonne blague jusqu'à s'apercevoir qu'une de nos collègues était manquante, pas grave elle a dû rentrer chez elle tranquillement, nous ne savions pas son arrestation. Las encore, les condés étaient chaud-bouillants qui ont crû à un vrai mouvement subversif tant ils étaient devenus paranoïaques au contact de leur maire. La copine a passé la nuit au poste avec la lampe dans la gueule et des types qui lui hurlaient dessus d'avoir à avouer qu'elle était membre d'un dangereux groupuscule anarchiste. Le commissaire divisionnaire fut réveillé et le ministère de l'intérieur aussi ! Mais oui, c'est incroyable mais vrai. Nous étions fichés et ne le savions pas car c'était totalement illégal donc bien caché. La copine comme nous autres était épinglée tel le frêle papillon en tant que "individu potentiellement subversif voire anarchiste".
Le lendemain vaguement inquiets pour notre potesse, nous sommes allés la visiter chez elle. Elle dormait comme un loir et nous dûmes attendre le soir pour apprendre sa pénible mésaventure. Elle fût relâchée après une confirmation claire et nette du ministère qu'aucun service plus ou moins secret n'avait un tel groupuscule en fiche et qu'on ferait bien à Nice de prendre une douche fraîche calmante et arrêter de faire chier le ministère pour des clopinettes… et toc…
D'autres jeunes gens plus âgés que nous ont bien œuvré pour faire passer une consigne : les désolés électeurs étaient invités à fabriquer un bulletin "votez cochon". Ils eurent quelque succès et contre toute attente deux mille voix !
En souvenir de ces jours tragi-comiques, j'ai trouvé quoi gribouiller sur le papier … quant à savoir si un des dépouilleurs saura trouver ce qui se cache derrière notre défunt avant que d'être acronyme… héhéhé… ça va les occuper un moment les dépouilleurs.
Peut-être un "votez cochon" pour honorer de ma contribution les législatives prochaines ?

21 avril 2017

* pour les curieux, c'est un indice permettant de trouver ce que veut dire ce méconnu G.R.A.T.

 –––––

Edit du 12 décembre 2017 : il y a quelques jours j'ai conversé avec ma potesse asthmatique qui m'a affirmé que j'ai mélangé deux aventures ! Incroyable, ce n'est pas le soir de notre création du G.R.A.T. qu'elle fut chopée et cuisinée par les bleus mais un autre tout aussi créatif et tout aussi voué à l'échec bien évidemment.Sans être hypermnésique, je suis dotée d'une excellente mémoire… mais là… je m'interroge : comment elle a fonctionné pour que j'en arrive à compiler deux affaires distinctes ?


Ah que c'est jouissif d'avoir entre les pattes le livre d'un auteur totalement ignoré de moi jusqu'ici !

peintre pirate couv

Le Peintre et le Pirate fut publié à compte d’auteur en 1951 puis ressorti en 1963 l’année de la mort à l’âge de cinquante ans de son auteur d'après ce que j'ai pu glaner comme informations. Monsieur Hadziaryiris aurait écrit six livres, faut que je reprenne les recherches pour trouver les cinq autres s'ils existent en traduction française.
Ce livre serait sorti une première fois en France en 1992 ; je possède l'édition 2014 de Cambourakis dans une traduction de Sophie Goldet et Michel Volkovitch. Ce dernier a édité sur son blog une jolie page d'appréciations et commentaires…  faut dire qu'il s'est fort démené pour que cet ouvrage soit édité en France. Allez chercher la page si ça vous dit je ne vous donne pas le lien, ça dévoile par trop le récit à mon goût et risquerai de vous gâter la découverte de cette histoire loufoque qui recèle quelques perles sur le monde comme il va bien cachées dans l'écriture fort agréable. Cette lecture m'a tirée quelques bons rires et sourires, avantage supplémentaire… bref encore un régal à enbibliothéquer !
Il est écrit sur la quatrième de couv' : "Le peintre et le pirate c'est Dostoïevski joué par Guignol, Beckett raconté par Voltaire, Stevenson revisité par Kafka."  C'est tout-à-fait ça !

5 décembre 2016

 

 

 


De ces ballons multicolores qui s'évadent sitôt que la main relâche son attention sur le petit nombril synthétique.

Au matin du 14 juillet, il faisait trop doux pour rester dans son lit douillet. Je n'irai pas au martial défilé mais sortis faire un tour de jardin histoire de renifler quel temps nous proposait ce début de journée et ho surprise, trouvai un papier cartonné format carte postale bien visible dans l'herbe. Qu'est-ce donc ? Ah ça alors, c'est rigolo ! Un comité des fêtes lointain a organisé un lâcher de ballons avant le feu d'artifice et l'inévitable bal des pompiers le 13 au soir. Et paf le matin du 14 il y avait livraison dans le jardin sous forme d'une carte à renvoyer.

J'ai soigneusement garni la carte, pas omis d'apposer le timbre-poste et confié à la Poste le soin du chemin de retour de ce bout de papier initié par une certaine Chloé.

CF ballon site9235effacenom

 

Il faut croire que mon terrier se situe au-dessous d'une voie aérienne spéciale ballons ! Le 22 juillet en levant la truffe que vois-je ? Une nouvelle carte accrochée bien haut dans une légère branche de peuplier… mince alors… comment la déloger ?

A l'aide d'une pelote de ficelle et d'un gros plomb de pêche en se prenant pour Thierry la Fronde, il fallut lancer à moult reprises l'engin jusqu'à parvenir à circonscrire la branche. Ensuite à l'aide de la ficelle servant d'émissaire, hisse et ho pour monter un gros cordage à cheval sur la branche et la  secouer virilement pendant un bon moment. Un bedeau alcoolique bourré comme un coing n'eut pas fait mieux même un jour de Pâques.

Hélas pas de décrochage attendu. Elle glissait, perdait de l'altitude, pas assez pour être capturée.

Ça commençait à bien faire cette histoire,  on rigolait comme des bossus en imaginant que des voisins nous épiaient persuadés qu'on avait largement perdu notre peu d'esprit, s'entortiller les pattes dans la ficelle c'était bien aussi, éviter de prendre le plomb sur la gueule pendant les essais qualificatifs c'était pas mal mais bon, on n'allait pas se laisser faire trop longtemps ! Allez hop, cette fois ça n'va pas trainer nom de d'là ! Il suffit de placer une échelle appuyée sur une grosse branche sous la petite objet de nos désirs et voilà ; j'y montai, y fit quelques pas en équilibre précaire histoire de me trouver pile sous la branche à attraper. Un compère pesant de tout son poids sur le gros cordage pour faire ployer la branche incriminée et j'ai fini par réussir à la couper à l'aide d'un échenilleur, victoire totale et sans discussion…youpi !… on allait quand même pas se laisser emmerder trop longtemps par un bout de papelard aérien.

Un peu déçue que cette carte-ci ne soit pas nominative, j'ai néanmoins retourné à l'envoyeur en accompagnant d'une courte lettre relatant l'aventure… Si avec ça le comité des fêtes ne m'invite pas à faire une conférence, c'est à douter de tout !!!… hahaha…

CF ballon site9270

 24 juillet 2016