Ou encore flouze, artiche, blé, maille, patate, braise, pépette, rond, fric, boule, pélot, clincaille, radis, ferraille, nickel, galette, oseille, balle, mornifle, pèze, beurre, picaillon, thune, biscuit, pognon.... j'en oublie sûrement et il me semble qu'il y a plus d'argot pour ce mot que pour désigner un sexe qu'il soit mâle ou femelle. C'est lui donner beaucoup d'importance à la monnaie peut-être parce que les locuteurs d'argot n'étaient pas des richards et qu'ils avaient de l'imagination pour ce qui manquait dans leurs morlingues ou morniflards ou encore tirelires à braise, bref leurs porte-monnaies.

Pour moi l'invention de cet outil d'échange est vraiment une réussite. Une monnaie permet de tout se procurer des besoins de première nécessité aux superflus qui font de petits et grands plaisirs.

Je sais, ce n'est pas politiquement correct que de se réjouir de l'existence de cet engin compliqué et je ferais mieux de me pencher sur les moyens de paiement dits alternatifs que c'est bien vachement plus mieux que ce putain de pognon qu'on est prêt à s'étriper pour en avoir. Ah bon ? Quelle bonne idée alors ! On s'échange des savoirs et des coups de main, c'est bien ça n'est-ce pas. Voyons voir un peu : je ne sais rien faire d'autre que de la comptabilité et de la coulée en résine polyester et j'ai super terriblement mal aux dents mais je ne peux pas me faire soigner vu que le dentiste, il n'en a rien à faire de mes coulées et de mes calculs... zutre .... J'ai pas fini de faire la fortune du marchant de clous de girofle qu'est raisonnable et qui accepte mes sous. Et puis quoi ! Fustiger la monnaie nationale pour en fabriquer une autre, je ne trouve pas l'idée bien fine.

Quant à changer son nom à la monnaie officielle, ben alors là....... Je m'en fous comme de ma première paie qu'était si peu grosse que j'ai dû la dépenser aussitôt pour survivre. Que ça s'appelle franc ou euro, peu me chaut et c'est rien de le dire !

J'ai entendu une dame, qu'est un peu borgne à cause de sa mèche qui lui tombe tout le temps sur l'œil, dire  -comment dire ? Non ! Déclarer solennellement- qu'avec elle au pouvoir ça ne traînerait pas la gabegie et qu'on va voir comment que ça va marcher au pas en virant l'euro pour lui substituer notre ancien franc, pas l'ancien ancien, l'ancien nouveau... enfin bon, vous suivez hein... Et que je te fais marcher la planche à billets et roule ma poule, en voiture Simone. C'est comme si c'était fait.

"C'est t'y possible d'être bête comme ça ?" se serait interrogée ma grand-mère. Apparemment oui, non seulement c'est possible mais il n'y a personne pour lui répondre efficacement et la renvoyer dans les cordes on dirait... ou alors j'ai loupé un épisode. Je subodore même des complaisances pour la laisser vaticiner à son aise.

C'est t'y possible qu'elle soit crue ? C'est de moi. Je ne sais pas mais il semblerait.

Je me répète, la monnaie est un outil d'échange, un outil et rien d'autre. Si l'outil est mal employé ou bien si personne n'a jugé bon d'éditer un mode d'emploi strict et efficace, il faut s'en prendre aux utilisateurs frauduleux et penser à cadrer sévère son utilisation, ça me parait simple mais on va encore me rétorquer que décidément je suis bien naïve. D'accord, alors hypothèse : à la place de "monnaie" j'écris "tronçonneuse" ou "tournevis" pour ceux qui n'aiment pas couper du bois. Quand vous assassinez un gonze à la tronçonneuse ou meurtrissez un autre à coups de tournevis, qui c'est qui se retrouve enchristé et jugé au tribunal ? Vous ou l'outillage ? Hummmm....  Maintenant vous remplacez les propositions par "monnaie". Quand il existe des prévaricateurs, des profiteurs éhontés, des banquiers véreux -qui vient de dire pléonasme ?-  c'est la monnaie qui doit se retrouver au banc des accusés ? Hummmm....

Peu importe le mot qui désigne ce qu'on a dans le porte-monnaie, ce qui importe c'est d'avoir son content. Proposer de cadrer l'utilisation, de réguler, de partager c'est moultement plus compliqué que de raconter des conneries pour tenter de séduire les gens qui n'ont pas le loisir de s'informer de comment ça marche les masses monétaires et oùsqu'il est le soucis.  

13 janvier 2012

 

 

 

 

Ou bien encore laïque, je préfère laïc.

"Qui ne fait pas partie du clergé" me raconte le gros Petit Robert.

"Qui appartient, qui est propre au monde profane ou à la vie civile" rajoute le CNRTL.

"Laïque s'écrit de ce qui respecte strictement la neutralité vis-à-vis des diverses religions" dit un certain Dupré que je.... ben chais pas qui c'est..... mais j'y pique sa phrase qui me va bien.

"La France est une république indivisible, laïque et sociale", ça c'est la constitution qui régit notre pays, une loi intangible.

Alors je me demande bien pourquoi un ramassis d'aigris, de méchants qui rêvent d'en découdre regrettant le temps des colonies a si bonne presse, tant de droit de parole, tant de médias ouverts comme des juments en chaleur pour recevoir ces mots haineux, stupides et faux de surcroît. La fausseté est un apanage des gens extrêmes faut croire...

Après avoir piqué les biens de l'église catholique, viré les curés des instances républicaines et leur avoir intimé l'ordre de s'occuper des âmes qui le voulaient bien, la République s'est adouci. Elle entretient les bâtiments, file un max de pognon aux écoles confessionnelles et leurs fournit des profs. Elle nomme un ministre qui doit s'occuper des cultes, c'est le flic de l'intérieur qui en a la charge. La France a changé depuis 1905, le temps des cathos majoritaires, des protestants minoritaires et des juifs tout pas beaucoup et probablement quelques excentriques qui trouvaient dans un machin exotique des raisons de tenir debout jusqu'à leur dernier tour de piste, c'est fini.

Aujourd'hui, après avoir colonisé et parait-il décolonisé, la République se retrouve avec toujours une grosse majorité de catholiques, un peu de juifs et de protestants et puis des musulmans et toujours quelques excentriques plus les diverses obédiences asiates dont je ne connais même pas les noms à part que c'est genre boudhique..... enfin peut-être...

Or donc, vu que la constitution garantit la laïcité pourquoi nomme t-on un ministre des cultes et pas un ministre de la laïcité ?

Pourquoi peut-on construire des églises cathos alors qu'il y a déjà pléthore, des temples protestants alors que n'importe quelle baraque convient, des pagodes diverses et variées, des synagogues et j'en passe des adventistes, mormons, témoins de trucs zarbis et autres fadaises ? Et pourquoi on ne peut pas construite des mosquées ?

Je déplore grandement toutes les religions quelles qu'elles soient  -j'en ai causé ici-   mais si je me réclame de la laïcité, je dois bien me conformer à ce qu'elle implique, le droit de chacun de prier sa superstition comme il l'entend dans le lieu qui lui convient.

Et si les athées se mettaient à construire..... Tiens donc... Quel barouf ça ferait !!!

Quelques bas-du-front, j'espère qu'ils sont plus visibles que nombreux, ont beau jeu de hurler parce que des clampins paumés loin de leurs bases se mettent à coucou dans une ruelle pour faire leurs dévotions tout en manœuvrant pour que les lieux de culte ad hoc ne soient pas édifiés. Imparable connerie bien pratique, ça entretient la trouille des plus faibles. Attention le grand méchant pas de chez nous va venir égorger tes femmes dans les campagnes ! Houlala qu'ils sont dangereux, fais gaffe, ils iront même jusqu'à rayer ta bagnole si ça se trouve ! Un type qui se prosterne le cul en l'air  -ça doit lui faire une drôle de vision à leur dieu...-  c'est vachement-hyper dangereux tout pareil qu'une famille entrevue à noël qui allait en procession mettre un sou dans la fente pour avoir droit de mettre le feu à une bougie dans une sombre et humide sous-pente. D'ailleurs j'y ai fait ma photo du concours de décembre et aucun succès, c'est bien la preuve que ça sert à rien les églises, non ? Ah mais ne gueulez pas comme ça, c'est de l'humour !.... Ah zutre, j'oubliai que l'humour n'est pas une vertu de croyant.....

Résumé de la situation, pour détourner la réflexion du clampin moyen sur les affaires en cours et les coups de boutoir assenés à notre système social envié de tous, il faut un bouc émissaire bien biblique ! Le bouc en ce moment c'est le musulman parce que le juif... ben là pour l'instant on ne peut pas trop, faut attendre un peu que ça s'oublie l'Histoire ; le protestant bof... y en n'a pas beaucoup ; les exotiques personne ne les voit alors ça ne vaut pas le coup ; les sectes nouvelles pas encore reconnues par le politique se font toutes petites et grignotent l'espace laïc avec des précautions de brodeuse, pas assez visibles pour l'instant.

Le musulman lui c'est top. Sa frange la plus radicale oblige les femmes à se voiler plus ou moins grand, c'est une authentique horreur qui ne peut se combattre que par l'instruction, pas par l'opprobre qui au contraire radicalise. Et puis il est large expansif le bougre, il lui faut un gars qui hurle en haut d'une tour et puis des grandes salles pleines de tapis, c'est vachement bien visible. Et puis il vient de nos anciennes colonies que c'est bien triste de les avoir perdues et que c'est de leur faute à ces musulmans qui sont rien qu'a vouloir nous coloniser en retour.

Ah bon ?

Loin de moi l'idée de nier tout problème qui peut se poser du frottement entre deux mondes si différents obligés de se côtoyer avant de savoir se comprendre mais quand même ..... le ministre des cultes est payé pour calmer les débordements, les manquements à la loi, non ? 

L'intégration est une digestion lente, encore faut-il prendre soin d'ingérer les bons aliments.

11 janvier 2012

 

Edit du 17 novembre 2021

Encore lui me direz-vous ! Eh oui, quand un auteur s'expime intelligement c'est-à-dire bien mieux que moi, c'est à souligner : Kamel Daoud, encore lui… eh oui … lauréat du prix international de la laïcité  chapeau bas !

 

 

 

 

Que je devrais affubler d'un pluriel. Des résolutions, bonnes en l'occurrence.

On me demande quelles sont mes bonnes résolutions à soutenir au long de l'année qui débute. Manière de pirouette, je réponds que je n'en prends qu'une mais d'importance : cette année je ne prends encore pas de bonnes résolutions ! Et je ne me souviens pas d'en avoir pris une un jour, pas plus un 1er janvier qu'un autre jour.

Ce mot, il est bizarre.

Il me fait tout d'abord penser dissolution, disparition. Pas très joyeux alors qu'il a plus d'une signification. La résolution d'un soucis ordinaire, d'un gros bleu au genou causé par une rencontre fracassante avec la brouette, d'un conflit quelconque grave ou épuisant ou les deux, c'est bien accueilli comme annulation. Son acception de prise de décision me passe par dessus la tête et je n'en sais rien du pourquoi comment se fait-ce...

De plus, pas charitable, je me marre doucement quand j'entends les soit-disant bonnes résolutions de mes congénères. Ça doit être comme les promesses des bavardeux politiques, pas fait pour être tenu.

2 janvier 2012